Instruction publique

Des actions et des initiatives sur la question du genre

Des actions et des initiatives sur la question du genre

Suite à l'adoption d'une charte européenne en 2011 pour l'égalité des hommes et des femmes, la Ville de Bruxelles et le département de l'Instruction publique veillent à développer et soutenir une série de mesures et d'initiatives visant à sensibiliser sur la thématique du genre et de l'égalité.

Depuis 2011, la Ville de Bruxelles a adopté la charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale. Suite à cet engagement, le projet genre a vu le jour. Ses objectifs visent à favoriser une prise de conscience des stéréotypes de genre, à développer le sens critique, à encourager les pratiques éducatives non discriminantes, à sensibiliser à l’égalité et à promouvoir la participation à des activités sans distinction de genre.

De plus, le département Instruction publique a revu son projet éducatif en 2014. Celui-ci, applicable à l’ensemble des établissements scolaires, définit l’égalité comme étant l’une des valeurs de l’enseignement de la Ville. Cette valeur a d’ailleurs été transposée en différents objectifs stratégiques. En effet, le programme de politique générale 2018- 2024 souligne l’importance de développer un pôle « genre » au sein du département qui sera chargé de : 

  • Mettre en place des projets transversaux entre les différents niveaux d’enseignement.
  • Développer des modules de formation sur l’égalité homme-femme pour chaque niveau d’enseignement.
  • Veiller à ce que le parcours d’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle, en primaire et en secondaire, intègre les notions d’égalité et de respect de chacun.
  • Encourager, soutenir, proposer les initiatives visant à promouvoir l’égalité.
  • Favoriser la mixité dans les cours d’éducation physique.

En plus d’une vision claire de l'importance de favoriser l'égalité en agissant tant dans la formation des enseignants que par le biais de notre réseau de bibliothèques, nous développons toute une série de projets spécifiques visant à sensibiliser les élèves, les professeurs et tous nos collaborateurs. Ainsi, la Ville veille à lutter de manière constante contre les stéréotypes, notamment dans le choix des manuels scolaires. Dans cet ordre d’idées, elle veille à organiser chaque année des activités par niveau d’enseignement.

De ces initiatives d'envergure ont émergé des : 

Journées d’étude : 

  • « Le genre dans l’enseignement ou comment combattre les stéréotypes ». La journée Ferrer 2017 ayant pour thème l’égalité des genres, l’ASBL "Elles tournent" y a organisé un atelier sur la promotion et la valorisation du travail des femmes dans le monde artistique et culturel, et particulièrement dans le secteur audiovisuel. Ensuite, un atelier a été animé par l’ASBL "le monde selon les femmes" sur l’approche du genre ainsi que des outils méthodologiques pour comprendre les rapports sociaux. Enfin, un atelier a été animé par l’ASBL "Tels Quels" sur la lutte contre l’homophobie ainsi que les différentes orientations sexuelles. Ces 3 ateliers ont réuni plus de 60 étudiants des différentes catégories de la Haute École. En 2017, une conférence a aussi été organisée en collaboration avec l’ASBL "GAMS" (Groupe pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles) sur le thème « Sex-E-galité ? Ou Égalité de genre ? ». Cette conférence avait pour but d’essayer de répondre aux questions suivantes : les mutilations génitales féminines sont pénalement condamnées en Belgique depuis 2000, mais quelle  est la situation réelle des femmes en Europe et dans le monde ? Comment former les professionnels de santé à cette problématique ? Pourquoi impliquer les hommes dans cette lutte ? Plus de 200 étudiants des différentes catégories ont participé à cette activité.

Journées de lutte contre le harcèlement :

  • Le 26 janvier 2017 avait lieu, à l’Athénée Léon Lepage, l’inauguration d’une fresque réalisée par les élèves de l’école. Au cœur de leur travail : une réflexion de longue haleine sur la prévention du harcèlement en milieu scolaire. Ce projet, réalisé à l’athénée, s’est développé en partenariat avec le Centre PMS de l’école, l’association NOTA BENE et le service de médiation scolaire de Bravvo.


     
  • Le lundi 4 décembre 2017, la HEFF a organisé pour les étudiants de la Catégorie pédagogique une journée de formation sur le harcèlement destinée à découvrir et utiliser des outils de prévention et d’intervention. Il s’agissait notamment, à travers une démarche active, d’identifier les limites et les éléments facilitant les interventions des outils proposés et des services extérieurs à l’école. Dans ce cadre, les étudiants ont participé à des ateliers assurés par l’ASBL BRAVVO et le service de médiation de la Ville de Bruxelles, le service de Promotion de la santé à l’école de la Ville de Bruxelles, les Ateliers philosophiques de la Ville de Bruxelles, le service de médiation scolaire en Région de Bruxelles-Capitale, le service OpenAdo de la Province de Liège, le Comité des élèves francophones (Réseau Prévention), Graine de médiateur, Média Animation et Child Focus.
     
  • Le 20 avril 2018, les écoles secondaires de la Ville de Bruxelles ont travaillé sur le thème du harcèlement. De nombreux élèves ont marché contre le harcèlement jusqu’à la Grand Place, et ont présenté une charte symbolique. C’était l’aboutissement d’un an de travail pour les 300 élèves des écoles de la Ville de Bruxelles qui se sont déplacés  pour une sensibilisation sur la thématique du harcèlement.  Dans une chartre élaborée par les écoles, les élèves ont tenu à indiquer que : « Tout individu a droit au respect de soi, de son identité de genre et de son orientation sexuelle. Ceci implique notamment le droit d’occuper librement l’espace, de porter les vêtements de son choix, de ne pas dévoiler son orientation sexuelle ou au contraire de la signaler, dans le respect de la loi et du règlement d’ordre intérieur. Tout individu a le droit de prendre des décisions sur son intimité ou sur ses désirs sexuels en fonction de sa maturité. L’égalité homme-femme-transgenre-bi est un droit fondamental »


     
  • En 2018, l’équipe du PMS 4 a développé un projet dans les classes de 1ère secondaire en collaboration avec la médiation des écoles. Ce projet mis en place en trois phases successives propose en premier lieu des animations dans les classes sur la thématique du harcèlement grâce à des jeux de collaboration menant à un apport théorique général. Vient ensuite un travail actif plus spécifiquement centré sur les émotions avec participation d’une comédienne et d’un photographe. Ce travail a débouché enfin sur la création d’une exposition et un rassemblement avec les autres écoles de la Ville de Bruxelles où les élèves arboraient fièrement le bracelet qu’ils avaient créé pour l’occasion : « Ça te regarde! »


  • Des ateliers « I’m » (quatre séances réparties sur 2014-2015 en partenariat avec l’ASBL Gender at Work) sur la construction de l’identité masculine.
     
  • Des expositions : "Droits dans les yeux" (2016), "Salaire vital" (2016), "Les femmes pendant la Grande Guerre" (2017), « Respect » en collaboration avec la direction de l’Égalité des chances de la Fédération Wallonie Bruxelles. Cette exposition présente le parcours de l’association française "Ni putes ni soumises".
     
  • Des activités dans le cadre de l’EVRAS : Chaque années des animations EVRAS sont menées en 6ème primaire et 4ème secondaire. De plus, d’autres animations et actions qui concernent  la promotion de l’égalité des sexes / genres sont également mise en place. 
     
  • Le cours "Approche théorique et pratique à la diversité culturelle et à la dimension du genre" à destination des futurs enseignants aborde les enjeux liés à la diversité humaine en termes de culture et de genre, l'impact que ceux-ci ont dans nos sociétés et dans la pratique enseignante. Le module ambitionne d'amener les futurs-es enseignant-es à les décoder, à en tenir compte dans leurs attitudes et dans la conception du processus d'enseignement-apprentissage dont ils et elles seront responsables.
     
  • Deux journées sportives baptisées Sport Experience et centrées sur les stéréotypes de genre dans le sport. Une belle occasion pour les filles et les garçons du 3e degré de l’enseignement secondaire de la Ville de Bruxelles de s’essayer ensemble à la GRS, à la natation synchronisée, au rugby, au waterpolo, à l’aquabike, au trampoline aquatique, aux sports de combat ou encore à la danse. Vu le succès de l’évènement, celui-ci sera reconduit chaque année. Ce projet est un moyen de mettre en lumière les stéréotypes de genre dans le sport et de les aborder de manière ludique et percutante (150 élèves du troisième degré de l’enseignement secondaire sont mis en action ensemble par la pratique d’un sport inédit souvent labellisé à tort de féminin ou de masculin tout en valorisant la préservation, par la pratique d’un sport, du capital santé des élèves.
     
  • Des actions pour favoriser l’inscription des filles dans les filières dites masculines et l’inscription des garçons dans les filières dites féminines : Les 23 et 24 mars 2018, quatre écoles de Promotion sociale et les deux CTA du Campus des Arts & Métiers ont organisé leurs Portes Ouvertes, ayant pour thème  la place de la femme dans nos métiers du qualifiant. Tous les métiers au sein du Campus ont été ainsi présentés, depuis l’électricité jusqu’à l’infographie en passant par la bijouterie et les techniques du froid. Des animations dans le cadre des éditions du Girls day, Boys Day (de 2014 à 2017). Le projet est à destination des élèves du 1er et du 2e degré de l’enseignement secondaire et comprend une animation en classe pour déconstruire les stéréotypes genrés ainsi que des rencontres avec des professionnel-le-s. L’objectif du projet est de faire découvrir le monde du travail aux filles et aux garçons en leur proposant des métiers et des professions « atypiques » pour leur sexe.
     
  • Des conférences : "Marguerite De Riemacker-Legot, la première femme ministre en Belgique" , "Fatou Diome, rencontre organisée à l’Espace Magh avec la collaboration des Femmes prévoyantes", "Labo sexo : bonnes nouvelles du plaisir féminin, ou plus explicitement « La sexualité féminine sous la loupe »", "La question de l’enseignement artistique des femmes à Bruxelles depuis l’exil de Louis David à Bruxelles jusqu’au début du 20ème siècle","Les femmes et artistes belges au XIXe siècle", "Olympe de Gouges et la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne").
     
  • Des formations à destination des enseignants dans le catalogue de formations du CPEONS : « Sexe, genre et orientation sexuelle : comprendre pour dépasser les stéréotypes et les clichés » et «  Égalité des genre : filles – garçons, quand l’école permet à chacun de choisir son propre chemin ».
     
  • Une exposition « Que portais-tu ce jour-là ? » : Dans le cadre de la semaine des droits des femmes de la Ville de Bruxelles et en partenariat avec la Cellule égalité des chances de la Ville de Bruxelles, le département a organisé l’exposition « Que portais-tu ce jour-là ? » pendant six semaines. L'objectif était de lutter contre l’idée répandue et erronée que les victimes d’agressions sexuelles seraient en partie responsables selon la tenue qu’elles portaient « ce jour-là ».
     
  • Une pièce de théâtre : « Nous sommes les petites filles des sorcières que vous n'avez pas pu brûler » de Christine Delmotte par la Compagnie BILOXI, où cinq actrices racontent quatre moments marquants de l'histoire des femmes ; les suffragettes en Angleterre et leur lutte pour le droit de vote en 1913, les féministes en France pour le droit à l’avortement en 1971 et en 2012, la jeune Malala au Pakistan pour le droit à l’éducation, les Femen en Ukraine contre les dictateurs et les prédicateurs religieux. 

En parallèle à tout ceci, le département a soumis en 2018 le projet « Le droit de toutes et tous à être représenté-e-s » et a reçu 7000 € de la fédération Wallonie-Bruxelles, dans le cadre de l’appel à projets d’Alter Egales.

De plus, conformément au Programme de politique générale de la Ville de Bruxelles, qui définit les actions et les objectifs prioritaires de la Ville et de son enseignement, il nous tient à cœur de mettre sur pied des projets par et pour les jeunes, leur permettant d'être à la fois sensibilisés et mobilisés à ces thématiques de genre et d'égalité. Nous sommes convaincus que rendre les élèves acteurs de leurs apprentissages est pertinent pour les accompagner à devenir des CRACS (Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires).

Enfin, nous encourageons et soutenons les projets permettant aux élèves issus d’enseignements différents de se rencontrer afin de créer une cohésion plus importante entre nos élèves et nos établissements scolaires.