Athénée Léon Lepage

Intro

L’Athénée Léon Lepage est un établissement d'enseignement secondaire de type général de la Ville de Bruxelles. Fondé sur des principes de démocratie, de neutralité et de pluralisme, son enseignement appartient au réseau officiel subventionné et est accessible à tous, sans distinction de sexe, d'origine ethnique, de convictions politiques, philosophiques ou religieuses.

L'objectif de l’établissement est de permettre à tous les élèves d’accéder aux études supérieures en offrant à l’élève les chances de réussite et d’épanouissement par l’acquisition de connaissances, de savoir-faire et d’attitudes qui le guideront vers la suite de son parcours académique.

Le développement de l’autonomie et de l’engagement personnel de l’adolescent est placé au centre des apprentissages, en particulier au travers d’activités phares comme « Les Agoras des Libertés ». Espace où l’humanisme se vit au quotidien, l'établissement développe un enseignement basé sur la rigueur, l’entraide et les technologies, dans une ambiance sereine et solidaire.

L’équipe éducative des professeurs et éducateurs, attentive au bien-être des élèves, est épaulée dans sa tâche par une Médiatrice qui assure l’écoute, le soutien et le suivi des jeunes en difficulté scolaire, favorisant la communication entre les différents acteurs de l’école.

L’école propose de nombreuses activités parascolaires sportives et artistiques, des sorties et visites culturelles, des voyages scolaires, des compétitions inter-écoles, des conférences, des visites d’expositions, etc.

Une pédagogie développant l’engagement personnel et le goût à l’effort est assurée au travers de moyens technologiques innovants tels que tableaux blancs interactifs (TBI) et tablettes.

L’école propose une aide à la réussite et à l’orientation par la mise en place de contrats pédagogiques, projet pilote qui tend à réduire l’échec scolaire.  Une école des devoirs, des remédiations, un tutorat interne organisé par des rhétoriciens, et un tutorat externe organisé par l’ULB, sont autant de moyens mis en œuvre pour octroyer des chances maximales de réussite à chacun.

Afin de guider les élèves dans leurs choix d’avenir, des activités telles qu’une journée « info-carrières », des visites et rencontres avec l’ULB ou la HEFF sont organisées en collaboration avec le SPOS et le PMS.

Histoire

Les origines de l’Athénée Léon Lepage remonte à la création de l’enseignement moyen officiel en Belgique et à son implémentation par la Ville de Bruxelles à partir de 1851. Une École primaire supérieure de l’État, préexistante, est reprise cette année-là par la Ville qui en fera deux écoles moyennes (niveau secondaire inférieur) pour garçons : l’École A dite [de l’impasse] « des Finances », futur Athénée Robert Catteau et l’École B dite [de la rue] du « Grand Hospice », futur Athénée Léon Lepage. On y adjoint une école primaire et une section commerciale au tournant des 19e et 20e siècles, répondant au désir des parents, dont beaucoup sont négociants ou industriels dans le centre-ville. Une section frœbélienne, destinée aux enfants âgés de moins de six ans, est ouverte en 1913. Et en 1930, l’institution accueille ses premières élèves filles.

L’établissement connaît plusieurs sites d’emplacement avant de se poser définitivement à la rue des Riches-Claires où un nouveau bâtiment est inauguré en 1912, sur les plans des architectes Ernest Van Humbeeck, Constant Bosmans et Henri Vandeveld. C’est en hommage à l’échevin de l’Instruction publique Léon Lepage, que l’école reçoit son nom : personnellement fort investi dans la construction de l’édifice, il n’en voit cependant pas l’achèvement, étant décédé entretemps. Dans un registre éclectique, le plan de l’édifice, de type néoclassique en façade, épouse adroitement une parcelle de terrain très complexe, favorisant les dégagements, l’éclairage naturel et l’aération sur un préau couvert et une cour extérieure fermée. Plusieurs extensions, réalisées à partir de 1950, complètent l’édifice scolaire pour répondre à l’accroissement de classes et aux nouveaux besoins d’infrastructure.

L’école Léon Lepage paye un lourd tribut aux deux guerres mondiales. 32 de ses anciens élèves tombent au champ d’honneur en 14-18. 19 autres et 1 professeur sont portés disparus en 40-45.

En 1948, la Ville érige l’école en Athénée, en ouvrant progressivement les trois dernières classes d’humanités modernes, scientifiques et latines mathématiques jusqu’à la rhétorique, de même un cycle complet pour l’école de commerce. Elle ajoute plus tard une section gréco-latine. Des méthodes nouvelles sont introduites et une attention particulière est portée au bien-être physique et psychologique de chaque élève. Dans l’après-guerre, un cours de « gymnastique médicale » est introduit pour prévenir les carences des enfants et adolescents et pour y remédier. 

Face à la mixité sociale et culturelle des années 80 et 90, l'Athénée Léon Lepage prend l'initiative, en 1998, de créer un « Agora des Libertés » pour « développer l'esprit critique et le libre arbitre des élèves par une éducation à la citoyenneté lucide et responsable » : une immense fresque est réalisée par les professeurs et les élèves dans le préau questionnant les valeurs démocratiques fondamentales et les droits de l’homme. Depuis, chaque année, une manifestation est organisée sur un thème défini, par exemple en 2016 : « 14-18. Guerres et vivre-ensemble ». Dans ce contexte de sensibilisation citoyenne, toute l’école se mobilise publiquement en 2009 pour des élèves menacés d’expulsion par l’Office des Étrangers, une mobilisation relayée par la presse nationale. L’Athénée Léon Lepage soutient également l’action sociale de l’ASBL « L’Adoption », une œuvre laïque d’aide à l’enfance en difficulté, en particulier pour les frais scolaires. En 2017, l’école fait partie des quatre institutions pilotes de la Ville dans l’instauration du « stage civique » pour les élèves du cinquième secondaire : il s’agit pour ces élèves de passer une trentaine d’heures au sein d’un organisme à valeur sociale afin de les sensibiliser aux principes de citoyenneté solidaire.

Ouvert aux nouvelles technologies et à leur traduction pédagogique, l’Athénée Léon Lepage lance en 2013, pour la première fois au sein des écoles de la Ville de Bruxelles, un projet-pilote de tablettes informatiques comme nouveaux outils d’enseignement pour 120 élèves.

Carte
Carte

50.846668, 4.345606

Athénée Léon Lepage
Nom du chef d'établissement
Braipson Michèle
Adresse
Rue des Riches Claires 30
1000 - Bruxelles
Type
Enseignement secondaire
Tél
02/548.27.10
Fax
02/548.27.38
Langue école
Ecoles francophones